Dans une problématique de diversification de patrimoine et d’allègement de l’impôt, la défiscalisation rurale s’avère être une option judicieuse.
Investir dans la forêt ou la vigne permet un placement à long terme, sans aucune gestion, accessible par les groupements fonciers. Le rendement est peu élevé mais propose une plus-value correcte et un bon moyen de transmission de patrimoine.

Devenir propriétaire de vignes avec le G.F.V

La défiscalisation rurale par l’investissement en Groupement Foncier Viticole est avant tout un placement de plaisir. Il constitue un investissement accessible à tous car le montant des parts oscille entre 3000 et 200 000€ avec un retour financier ou en nature sous forme de bouteilles livrées annuellement.

Quoi de mieux que de servir à table un vin issue de sa propre propriété ?

Grâce au G.F.V, des domaines prestigieux : Bordeaux, Champagne, Côte du Rhône, Bourgogne sont proposés à la vente. Concrètement, le groupement détient le foncier qu’il loue à un viticulteur via un bail rural. Il faut avoir à l’esprit qu’il s’agit d’un placement à long terme et qu’un retour sur investissement avant cinq ans semble peu probable d’après André Manière, gérant fondateur de GF Saint-Vincent.
Une rémunération en bouteille est dans la majorité des cas conseillée même si le rendement n’excède que rarement 2 à 3%.

Si l’investissement viticole n’offre pas d’aide à l’impôt à l’instar de la forêt, il procure des avantages intéressants en matière d’ISF (75% d’abattement). Pour bénéficier de cet avantage, les parts doivent être détenues depuis deux ans au moins par le déclarant.
Les donations et successions bénéficient d’une exonération partielle si la valeur des parts n’excède pas 101 897 €, les biens transmis sont exonérés sur les trois quarts (75%) de cette valeur, au-dessus, seule la moitié est exonérée.

L’offre en G.F.V est relativement faible, il est possible de revendre ses parts à tout moment même si le placement n’étant pas liquide, il est préférable de l’envisager à long terme au moment de l’achat.

La défiscalisation rurale avec l’investissement forêt

L’investissement en forêt est un placement méconnu sur un marché pourtant en croissance constante depuis 1997. Avec une moyenne de 3,9% de gain en valeur courante par an, la forêt française, troisième forêt européenne a tout pour attirer les investisseurs. L’entrée dans un Groupement Foncier et Forestier (GFF) permet une mise de départ entre 2000 et 5000€.
Le risque est faible et les rendements sont de l’ordre de 2 à 2,5% mais la forêt n’offre pas de revenus réguliers.

Le bois se vend bien et a bénéficié notamment d’une augmentation de son prix de 10% entre 2012 et 2013. Pour l’achat de parts, une réduction d’impôt sur le revenu de 18% est prévue dans la limite de 11 400€ pour un couple et 5 700€ pour une personne seule (sous condition de détention de 8 ans).
Enfin, une réduction de l’ISF et des avantages en termes de donation et transmission à hauteur de 75% peuvent être également appliqués (sous conditions de détention).