L’objectif est ni plus moins que de doubler le réseau d’ici à 2030. Un projet qui semblait un peu trop optimiste et difficilement réalisable au premier abord. Toutefois, le financement est désormais assuré et la majeure partie des politiques le soutient.

Le Grand Paris Express, pour booster l’économie

Le Grand Paris Express entend proposer un renouvellement urbain par la mise en place d’un nouveau métro entièrement automatisé autour de la capitale.
Dynamisant ainsi l’économie, l’emploi, ainsi que de nombreux quartiers. D’après Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris, le projet dispose d’ores et déjà de ressources financières viables.

Le chantier est en passe de devenir l’investissement le plus important de ces prochaines années.
À terme, cela représente la construction de quatre nouvelles lignes de métro sans conducteur, enterrées à 90% visant à relier les aéroports de Roissy et Orly.

Enfin, il ravivera des zones un peu délaissées comme Clichy-sous-Bois et Montfermeille en passant par le plateau de Saclay, qui abrite 15 % de la recherche française, et les communes de la première couronne en rocade.
Au total, le Grand Paris Express, qui est estimé 28 milliards d’euros d’investissements, promet une hausse de 10 % du PIB de l’Ile-de-France.

D’ici 2030, le Grand Paris Express c’est :

  • 200 km de lignes de métro automatique
  • 68 nouvelles gares
  • 2 millions de voyageurs par jour
  • 55 à 60 km/h de vitesse en moyenne
  • des lignes reliées à celles existantes
  • 90% des franciliens à moins de 2km d’une gare
  • 15 000 à 20 000 emplois créés

Exemples de déplacements rendus possibles avec le Grand Paris Express :

  • Gare de Lyon et aéroport d’Orly : 22 min
  • Noisy-Champs et Villejuif Institut Gustave Roussy : 23 min
  • Saint-Lazare et Saint-Denis Pleyel : 10 min

Le changement ligne par ligne :

  • la ligne 14 s’étend de Saint-Lazare à Saint-Denis Pleyel au nord, et d’Olympiades à Aéroport d’Orly au sud, jusqu’à Mairie de Saint-Ouen
  • La Ligne 15 de métro passera par Noisy-Champs, Villejuif, Pont de Sèvres, Nanterre, La Défense, Saint-Denis Pleyel, Bobigny, Rosny-Bois Perrier et Champigny Centre.
  • La ligne 16, de Saint-Denis Pleyel à Noisy-Champs via Le Bourget RER, Aulnay-sous-Bois et Clichy-Montfermeil, rapprochera l’est de la Seine-Saint-Denis.
  • La Ligne 17 de Saint-Denis Pleyel au Mesnil-Amelot par Le Bourget RER, Gonesse et l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle.
  • La ligne 18 reliera d’Orly à Versailles Chantiers via Massy-Palaiseau et le plateau de Saclay, et ira à l’avenir jusqu’à Nanterre.

Quelles conséquences sur l’investissement immobilier ?

la cherté de l’immobilier parisien, la stagnation des salaires, le  réseau routier quasi impraticable matin/midi/soir sont autant de réalités qui poussent les franciliens vers la 1ère couronne pour se loger, utilisant les transports en commun pour se rendre dans le capitale et sur leur lieu de travail.
Une demande donc plus forte que l’offre, qui, dans le temps fera automatiquement monter les prix dans l’ensemble des villes périphériques (Courbevoie, La Défense, Vanves, Chatillon, Saint Denis, Fontenay aux Roses…).
Et parce que l’investissement immobilier doit se faire dans une logique à long terme (minimum 10 ans), l’investissement dans ces villes limitrophes est un gage de sécurité de l’investissement immobilier Parisien.